Barbés-Clichy

Una lagrima me quema, como la gana
Destar contigo niña pero no puedo, no puedo
De Barbes hasta Place Clichy contigo
De Barbes hasta Place Clichy por un ultimo beso

En el rio de fuego la corriente del infierno
Paris dame un beso, y cojeme en tus brasos
Cada dia me levanto con la misma, la misma gana
Destar contigo, pero no puedo, no puedo

Et l'œil rivé sur le canal, moi je pense à Pigalle
Paris, j'ai la fringale de toi
Paris, prends-moi dans tes bras
De Barbès jusqu'à Place Clichy
C'est là que j'aime perdre ma vie

Esperame, esperame, llego pronto Paris.




Soif de la vie


A Ménilmontant derrière un comptoir
Il y avait une petit rouquine aux sourcils noirs
Ses cheveux bouclés racontaient des histoires
Que tous restaient figés à écouter jusqu'au soir
Mais elle, elle ne disait rien
Pas même merci ou à demain
De sa bouche grande comme un ravin
Où on se jetterait pour y mourir
Une bouche où prétendait certains
On y avait même vu un sourire
Né de cet homme poussant la porte
Et qui commandait d'une voix forte

J'ai soif de la vie
Qu'on m'en apporte

Et il partait dans de grands éclats de rire
Qui pour la serveuse étaient comme des navires
Transportant les rêves qu'elle n'avait jamais eus
Vers un soleil qu'elle n'aurait jamais cru

Et il est resté là jusqu'au soir
A raconter de drôles d'histoires
De pays inconnus et nouveaux
Juste à trois stations de métro
Un grand boulevard bazar de l'espoir
Où les amours se trament et se désirent
Sans qu'il n'y ait même plus rien à dire
Et pour sûr qu'un jour on y défilera
Hurlait-il en s'aidant des bras
Et il recommandait d'une voix forte

J'ai soif de la vie
Qu'on m'en apporte
Que dans son goulot
Elle me transporte

Elle aurait pu l'écouter des nuits entières
En oublier de laver ses verres
Abandonner le bar à ses clients
Et avec lui s'enfuir éperdument
Mais quand c'est à elle qu'il a parlé
C'était pour dire ma petite dame combien que ça fait
Alors elle a dit c'est pour la maison
Et dans le bistrot ça a fait sensation
Alors il est parti comme il était venu
Arraché par la rue

Et depuis elle ne pense qu'à lui
Sous le regard des autres
Et depuis elle ne pense qu'à lui
Et dans son coeur le manque se vautre
Chaque jour elle entend tout bas
Ce petit refrain qui cogne à sa porte
J'ai soif de la vie
Qu'on m'en apporte
Que dans un grand tourbillon
Elle me transporte

évidemment il faut avoir la mélodie, les intruments... et surtout sa voix avec ! je les ai !