Impossible d'être claire, poétique, précise et juste. Je suis dans ce village, à nouveau... Une année aurait-elle passé si vite...? loin des pots d'échappement et du stress de la ville ; capable de me souvenir de l'hier qui n'est pas si loin... j'ai eu de la chance finalement. Tant de beauté (les paysages, le ciel, les animaux et les arbres se moquent de mes considérations esthétiques, ils resplendissent et puis ils s'adaptent aux saisons, sans même crâner... ils sont plus fort que moi, plus fort que tout, j'ai fini par accepter et comprendre). Ce village est ma source. J'ai beau pâtir du froid et batailler contre ma famille... c'est mon sang dans ces branches et c'est cette sève dans mes veines. Je suis A LA MAISON. Le chien les chevaux la neige... Le silence, les étoiles... Que je le veuille ou non, ceci est mon logis. Je me souviens... et j'envisage même d'y revenir. Les racines ont cet intemporel pouvoir... JE SUIS TON MIROIR, TON AUTRE TOI. Bon... je ne me suis jamais revendiquée chtimie... je me sens chinoise et sénégalaise... mais je suis aussi alincthunoise et ce soleil qui se lève à ma fenêtre... ces chants d'oiseaux chaque matin... libres des pots d'échappement et des claxons... la routine du bonheur mérité, en héritage des sacrifices du passé... je l'accepte et je l'honore. Merci les vieux, les ainés, les aimés... On n'est pas pareil mais on arrive finalement à se comprendre... Tant qu'il y a l'amour et le respect... les générations n'ont pas à se soucier des héritages. Je suivrai vos indications. En ce qui me concerne les rayons du soleil à travers  la neige m'ont déjà tout légué.