J'hesite encore a editer un mini texte que j'avais ecrit a l'intention d'un loup Garou, d'une Julie, lorsque j'etais en Colombie. Si je le retrouve, je ferai fi des pudeur et autres angoisses de qui se fait lire ! Je le publierai dans ce blog, pour la premiere fois je mettais des mots sur le manque, pour la premiere fois, peut-etre, j'utilisais ce terme.
Depuis je le trouve beau, il ne symbolise pas le vide mais le plein selon ma microscopique experience. Car tout ce qui me manque c'est tout ce a quoi j'ai goute et dont je ne suis pas encore rassasiee. Un pere ne me manque pas, par exemple, je n'en ai jamais eu.
En revanche, il y a des choses et surtout des gens que je cheris et dont je ne jouis pas lorsque je suis "absente". En somme, si je meurs demain, ces manques seront la preuve que j'ai vecu. Tout comme, apres ma mort, la preuve de ma vie serait que je manque a des vivants !

Je n'avais pas percu ce manque lors de mes premiers voyages car j'etais trop occupee a exploser de vie et de liberte, je construisais mon bonheur et ouvrais les yeux, les mains, le reste, sur le Monde. A present je me connais un peu mieux et continue de m'explorer, une grande partie de mes fondations se trouve etre ces Autres qui m'ont traversee autant que je les ai traverses. Nos empreintes mutuelles, imperissables en chacun, s'expriment parfois par ce manque que je definis encore mal car il est relativement nouveau a la surface de ma conscience. Le fait qu'enfin j'eprouve du manque me semble etre une magnifique progression emotionnelle ; il ne faut pas desesperer, peut-etre bientot tomberai-je enfin amoureuse ?!! Chacun son rythme, je ne suis pas rapide pour ces choses alors quand enfin elles m'arrivent, lorsque je les saisis : quel delice, quelle victoire !
Meme si la nostalgie s'associe parfois a la tristesse, aujourd'hui elle me rejouit, je me sens bien humaine, bien connectee aux reels, bien consciente de mes emotions, bien maitresse de mes souvenirs : ils ne me detruisent pas en debordements inopportuns, ils existent nombreux, forts, significatifs en moi, je les laisse se promener un peu partout sur ce que je vis ici et dans mes reveries, ils m'inspirent des mots, des sourires, des soupirs, des "breaks" intemporels. Il prennent beaucoup de place et, evidemment, mon present en prend encore davantage, le futur est la aussi, pourquoi choisir entre ces trois ? Je suis contente d'accueillir l'avant, le maintenant et l'apres, sans conflit, sans cloison ; en harmonie et (je dois me repeter) en toute conscience. Je suis heureuse de me souvenir davantage et de maniere moins (inconsciemment) selective, de faire coexister et cohabiter tout ce qui me constitue, de ne pas avoir peur d'avouer que j'aime et que je voudrais partager.
Pour Ceux qui n'ont pas encore compris :
A te demender de m'ecrire, deja je te confesse que tu me manques. En realite je ne te demande rien, je te declare que je t'aime et que tu habites mes pensees.
Car on n'ecrit pas sur commande, sinon c'est ridicule et pathetique, c'est la carte postale obligatoire "il fait beau tout va bien" ou "meilleurs voeux, a l'annee prochaine" !
Ici je tente simplement de desepaissir les quelques lignes qui ont suscite les reponses de ma surprise et mon inspiration.
Merci de m'avoir souffle le mot : je suis INVISIBLE et non absente !
Et je ne me plains pas dans le fond car aucune souffrance, aucune aigreur, mais dans la forme car il est plus beau de pleurer d'une separation que d'en rire ; s'en moquer, faire avec ou l'oublier : ca ce n'est vraiment pas poetique !! Demander l'impossible (etre la ou je suis tout en etant la ou vous etes, faire ce que je fais tout en participant a ce que vous faites), vouloir ce qu'on ne peut pas avoir, le savoir et pourtant y croire : voila de la poesie !

Quant a la difference entre partager le moment (meme en mots insuffisants et infideles, meme sans le "vecu ensemble") et le relater a posteriori, il ne s'agit pas d'une recommandation ou d'une requete pour faciliter mon retour, le rendre plus doux et confortable.
Surtout pas de morale pseudophilo ni de sollicitude, plutot une inspiration et un mode d'expression de mes pensees vers vous. Ecrire ca engage toujours plus d'une personne.
A vous demander de m'ecrire, je vous ecris.
J'avais juste envie de vous ecrire.